Différences entre orthopédie, physiatrie, kinésithérapie, ostéopathie, chiropratique…

On se demande souvent vers qui se tourner lorsque des blessures articulaires ou musculaires empêchent une vie active normale. Les médecins spécialistes qui travaillent dans ce domaine de la médecine sont différents, mais ils ont tous un seul objectif, celui de diagnostiquer, guérir ou restaurer une fonction musculaire et articulaire correcte, mais avec des conseils et des traitements différents. Cela ne doit jamais être oublié.

Voyons ensemble en quoi ils diffèrent !

  • Orthopédie
  • Physiatrie
  • Physiothérapie
  • Ostéopathie
  • Chiropratique

Orthopédie

L’orthopédie, un mot qui dérive du grec et signifie « droit de l’enfant », a commencé son long voyage en 1741 en aidant les enfants aux membres et à la colonne vertébrale déformés. Aujourd’hui, l’orthopédie étudie et traite les dysfonctionnements congénitaux ou traumatiques des os, des muscles, des tendons, des ligaments et des nerfs et opère dans le domaine de la thérapie médicale et chirurgicale. En fait, pour devenir un bon orthopédiste, vous avez besoin d’un diplôme en médecine et chirurgie et d’une spécialisation en orthopédie et traumatologie.

Les zones chirurgicales peuvent être par exemple :

  • chirurgie du genou;
  • chirurgie de la hanche,
  • chirurgie de la main (comme le canal carpien);
  • d’autres opérations qui résolvent le trouble de l’ostéoporose, de l’arthrite, ainsi que la reconstruction ligamentaire, l’allongement des membres, les infiltrations articulaires.
  • Et beaucoup plus…

Aujourd’hui le monde de l’Orthopédie met en lumière une nouvelle pathologie curieuse, “le cou des SMS”. De nombreux orthopédistes affirment que l’utilisation d’appareils électroniques, liée à une mauvaise posture (maintenir la nuque baissée pour mieux voir l’écran), provoque une surcharge des trapèzes et des muscles longs du cou, ce qui entraînera inflammation, douleur et altérations. de la colonne vertébrale.

Physiatrie

Physiatrie vient du grec et signifie “médecin”. Il s’occupe de médecine physique et de réadaptation de l’appareil locomoteur et de réadaptation posturale.

Le physiatre joue un rôle très important dans le domaine de la médecine, car il ne s’occupe pas seulement de traiter une pathologie mais aussi d’identifier la prévision de l’évolution et l’issue de celle-ci, ainsi que le temps de guérison.

Le physiatre est donc le médecin responsable du programme de rééducation qui coordonne les interventions du chirurgien orthopédiste et du kinésithérapeute. Le physiatre peut également s’occuper de la rééducation du langage et de la phonation.

Pour devenir physiatre, vous devez obtenir un diplôme en médecine et en chirurgie, puis suivre un cours de spécialisation de 5 ANS en médecine de réadaptation.

Physiothérapie

La kinésithérapie, qui du grec signifie « thérapie naturelle », est pratiquée par le kinésithérapeute, un professionnel de la santé qui s’occupe de réhabiliter le fonctionnement des parties du corps atteintes de handicaps moteurs et psychomoteurs, également à l’aide de prothèses. Après avoir évalué le problème, le physiothérapeute utilise certaines techniques thérapeutiques pour éliminer le symptôme, telles que :

  • thermothérapie;
  • photothérapie;
  • électrothérapie;
  • hydrothérapie.

Les résultats de ces traitements sont rendus encore plus efficaces à l’aide de thérapies physiques manuelles. Le kinésithérapeute spécialisé en psychomotricité peut assister physiquement et psychiquement les personnes d’un âge avancé ayant des problèmes neurosensoriels et psychiques.

Pour devenir kinésithérapeute, il est nécessaire de suivre et de terminer le cursus de 3 ANS en kinésithérapie.

Les bienfaits des traitements de physiothérapie sont :

  • soulage la douleur;
  • temps de guérison réduits (par rapport au problème);
  • éviter l’usage excessif de drogues.

Ostéopathie

L’ostéopathie née en 1874 aux USA, est une discipline médicale complémentaire qui concerne le traitement des systèmes musculo-squelettique, crânien et viscéral sans recours à la chirurgie et à l’usage de médicaments. Il est défini par beaucoup comme « d’auto-guérison » car il parvient à restaurer le bien-être de la structure squelettique grâce à des manipulations manuelles, qui apportent des résultats non seulement physiques mais par conséquent aussi mentaux.

L’ostéopathie traite de nombreux problèmes dysfonctionnels, travaille sur la douleur chronique et travaille parfois de manière intégrée aux médecins. L’ostéopathe recherche le « dysfonctionnement somatique » et par une manipulation spécifique et personnalisée il le supprime, traitant parfois un autre système que celui dans lequel se manifeste le symptôme.

Ces manipulations s’adressent à des organes particuliers qui, étant liés à différentes parties du corps, sont capables de rétablir le bon fonctionnement des systèmes musculaire et articulaire, ainsi que du système nerveux. L’ostéopathie agit donc sur les fonctions vitales et a une finalité curative, mais aussi uniquement préventive, adaptée à toute tranche d’âge.

Vous devenez ostéopathe avec une formation de 5 ans qui comprend l’étude de matières telles que l’anatomie, la neurologie, la biomécanique articulaire, la pathologie et bien d’autres. Par la suite, un examen spécifique établit l’inscription au Registre italien des ostéopathes, organisme national de protection du patient.

Les bienfaits des traitements ostéopathiques sont :

  • guérit la cause première du symptôme. Commencer par le début et résoudre le problème ;
  • éviter l’usage de drogues;
  • il n’a pas de contre-indications et convient à tout le monde (du nouveau-né à la personne âgée)

Chiropratique

Le père de la chiropratique est considéré comme Daniel David Palmer. Née aux États-Unis vers la fin du 19ème siècle, c’est une thérapie non conventionnelle, basée sur des manipulations osseuses et articulaires, qui vise à restaurer la santé en concentrant son action sur le système nerveux et sa relation étroite avec la colonne vertébrale. En effet, la moelle épinière est située dans la colonne vertébrale, dont les dysfonctionnements, selon les principes de la chiropratique, causent également des problèmes dans le reste du corps et entravent sa capacité d’auto-guérison. La moelle épinière est la principale voie de communication de notre système nerveux et transmet les ordres du cerveau à tous les autres organes. Si un nerf est comprimé par un hypertonie musculaire ou un blocage articulaire, cette communication cesse de bien fonctionner.
Des douleurs au dos, au cou, à la tête, aux épaules, aux membres et d’autres problèmes peuvent en résulter.
Une fois que l’état correct de la colonne vertébrale est restauré, le corps est capable de revenir à la normale ; la douleur diminue et le patient reviendra pour gagner en mobilité.

Le chiropraticien utilise des manipulations vertébrales et des ajustements sur certaines articulations afin de rétablir une fonction corporelle normale

Pour devenir chiropraticien il faut fréquenter une université étrangère reconnue par le CCE (The Council on Chiropractic Education) puis effectuer un stage (d’environ 5000 heures). Le cours de chiropratique a une durée moyenne de 5 ans.

La confusion surgit souvent parmi les patients quant au choix de s’appuyer sur l’ostéopathie ou la chiropratique pour résoudre leurs problèmes. En réalité, ni l’un ni l’autre n’est meilleur ou supérieur à l’autre :  tout dépend de la façon dont le patient aborde son trouble et au but qu’elle veut atteindre, considérant que l’ostéopathie a une approche globale et complète ne se réduisant pas à la seule colonne vertébrale. Personne n’interdit au patient d’aller en même temps chez un ostéopathe ou un chiropraticien, compte tenu toutefois de la diversité des traitements : alors que pour résoudre un trouble chez un ostéopathe il faut généralement 4-5 séances de 30-40 minutes, le le chiropraticien effectue un plus grand nombre de séances (10-12) de courte durée (10-15 minutes). Les deux sont des pratiques saines et naturelles avec leur propre valeur et efficacité et la meilleure est simplement celle qui permet au patient de se sentir mieux. L’important est de contacter un professionnel sérieux et compétent, pas seulement qualifié.

Encore plus souvent, beaucoup de confusion survient chez les patients même dans le choix entre un kinésithérapeute et un ostéopathe.

Celle-ci, hélas, est alimentée par un collègue peu habitué au travail en équipe et peu habitué à la collaboration entre toutes les professions de santé.

Pour ceux qui s’intéressent à des soins de santé sérieux, sans raccourcis, avec une attitude scientifique et éthique, en revanche, il n’y a en réalité aucun conflit entre les deux professions d’ostéopathe et de kinésithérapeute ; ils sont plutôt considérés dans le cadre d’une collaboration et d’un accomplissement mutuel.
En Italie, l’ostéopathe a récemment été reconnu légalement comme profession de santé au sein du système national de santé, tandis que le physiothérapeute est reconnu depuis longtemps.
Le type d’approche, de méthode diagnostique et thérapeutique du patient est différent mais pas opposé.
Le kinésithérapeute se concentre sur la zone où le patient se plaint de douleur et lui pose par conséquent des questions liées à cette zone spécifique ; il s’agit donc d’une symptomatologie locale.
L’ostéopathe utilise une approche plus globale tant en diagnostic qu’en thérapie, afin de ramener l’ensemble du corps à l’équilibre et à une mobilité normale ; va à la recherche des causes qui ont déclenché un problème, ne se limitant pas à la région qui présente la douleur; la cause peut en fait se situer dans une zone éloignée du corps. Les questions posées porteront non seulement sur la zone douloureuse, mais l’ensemble de l’histoire clinique du patient sera pris en considération.

Tout comme le kinésithérapeute a besoin de l’ostéopathe, qui est capable de regarder l’ensemble du corps, l’ostéopathe a aussi besoin du kinésithérapeute, qui suit le patient afin que les bénéfices du traitement ne soient pas perdus et que le résultat obtenu soit maintenu, évitant une éventuelle régression. .

Se faire opérer du genou à Montreux
Prix De Chirurgie Plastique